Contrôle de la vapeur d’eau pour un bâtiment à ossature bois

Même le bâtiment le plus simple a un toit, des dalles et des murs. Chacun de ces enclos multicouches protège nos bâtiments des changements de température extérieure, du vent, de la pluie et de la vapeur d’eau que nous générons à l’intérieur. Si vous concevez en maîtrisant ces éléments, vous obtiendrez que votre enceinte offre le confort dont vous avez besoin. Cet article vous aide à découvrir les quatre points à ne pas négliger lors de la conception d’un bâtiment en bois.

La régulation de la température

Dans tout type de bâtiment, qu’il soit construit en bois ou non, l’isolation est l’une des clés pour économiser l’énergie tout au long de l’année : elle empêche la chaleur de s’échapper en hiver et le froid de s’échapper en été. Plus un bâtiment est bien isolé, moins nous aurons d’énergie à investir dans la climatisation. L’isolation est également importante pour améliorer le conditionnement acoustique, le bruit d’impact et peut même être utile comme protection en cas d’incendie. Cependant, l’un des principaux défis consiste à assurer le confort tout en occupant le moins d’espace possible. L’épaisseur de l’isolation est optimisée en fonction du climat local et de l’orientation du bâtiment. Et vous ne devez jamais oublier d’isoler les toits, car en été, le soleil les affecte directement, ce qui provoque une surchauffe de l’espace situé immédiatement en dessous. C’est la raison pour laquelle les toits des bâtiments efficaces ou à consommation quasi nulle ont une épaisseur d’isolation supérieure à celle des murs. La couche d’isolation doit être continue et présenter le moins de ponts thermiques possible. Ces points critiques affectent la perte de chaleur globale et peuvent causer des problèmes de condensation, compromettant la durabilité et le confort des bâtiments. Vous devez donc réduire au maximum les ponts thermiques. Le bois et ses dérivés sont de mauvais conducteurs de chaleur et, de plus, leur température augmente plus lentement que si c’était un métal. Sa conductivité thermique et son rapport de diffusivité thermique sont très faibles par rapport aux autres matériaux couramment utilisés dans la construction. C’est pourquoi le manche de nombreux ustensiles de cuisine est en bois et que nous nous sentons plus à l’aise de marcher pieds nus sur un plancher en bois que sur un plancher en céramique. Les produits utilisés pour l’isolation ont tendance à être des matériaux poreux de faible densité, avec une grande proportion de vides remplis d’air. Dans la construction en bois, on utilise souvent des matériaux d’isolation qui permettent à la vapeur d’eau de se diffuser, comme la laine de roche, la fibre de verre ou la fibre de bois. Ces isolants peuvent être placés sous forme de panneaux rigides ou de couvertures souples. Une autre possibilité consiste à souffler de la cellulose ou de la fibre de bois à l’intérieur de chambres à air fermées dans les murs et les toits. Bien que vous construisiez avec une construction légère, si vous en avez besoin, il est possible de profiter des avantages de l’inertie thermique en incorporant une isolation à forte masse thermique comme la fibre de bois.

Contrôle de l’air

Vous savez que si l’air s’échappe de l’intérieur d’un bâtiment pendant l’hiver, il est directement remplacé par l’air froid extérieur que vous devrez réchauffer pour ne pas perdre le confort à l’intérieur. Dans les climats chauds et pendant l’été, c’est l’inverse : l’air qui s’échappe par les minuscules trous de l’enceinte doit être refroidi et, selon le climat, même déshumidifié. C’est un énorme gaspillage d’énergie. Les fuites d’air peuvent être responsables de jusqu’à 30 % des pertes d’énergie à travers les murs d’une maison, car la circulation de l’air à travers les couches du mur réduit la performance thermique du matériau d’isolation. Si vous contrôlez ces infiltrations, le volume d’air que vous devez climatiser sera moindre, et donc vous émettrez moins de CO2 et nous économiserons sur la facture énergétique. Lorsque vous ventilez les espaces en ouvrant les fenêtres, quelque chose de très similaire se produit. Dans les immeubles résidentiels, il est courant que le renouvellement de l’air soit confié aux habitants, qui ouvrent leurs fenêtres quelques minutes le matin et ne les rouvrent que le lendemain. Cependant, la maison continue de se ventiler par ces petites fuites qui sont si abondantes dans la plupart des bâtiments. Dans les bâtiments étanches, la ventilation ne peut pas dépendre de l’ouverture ou non des fenêtres. Pour une ventilation contrôlée et efficace, il est recommandé d’installer des systèmes de ventilation mécanique à double flux avec récupération de chaleur. Ces systèmes améliorent la qualité de l’air intérieur et représentent des économies d’énergie importantes en tirant parti d’une grande partie de l’énergie investie dans la climatisation de l’air intérieur. La couche d’étanchéité chargée de réguler l’infiltration d’air doit être continue dans toute l’enceinte et est réalisée à l’aide de matériaux tels que le plâtre, le béton coulé sur place, le CLT, les panneaux de bois ou les membranes textiles. Cette couche a souvent une double fonction dans les bâtiments en bois. Il peut s’agir d’une feuille intérieure qui fonctionne également comme une couche de régulation de la vapeur d’eau ou d’un panneau qui fait partie de la structure.

La collecte de l’eau de la pluie

L’eau est le principal ennemi des matériaux de construction. L’une des principales causes de détérioration des bâtiments en bois est la présence continue d’humidité. Ainsi, lorsque vous concevez avec du bois, les deux points suivants doivent devenir votre mantra. Normalement, la couche extérieure de l’enceinte protège le reste du vent et de l’eau de pluie. Les couches internes doivent toujours rester sèches. Si de l’eau pénètre dans l’enceinte par une mauvaise conception de celle-ci et que le séchage est impossible, cette humidité emprisonnée peut déclencher la croissance de moisissures et augmenter le risque d’attaque par des organismes xylophages. Lorsque le revêtement de surface d’une enceinte n’est pas complètement étanche, une membrane supplémentaire doit être installée pour protéger l’isolation et la structure de l’humidité. Dans la construction en bois, ce type de membrane est particulier car il doit être imperméable et respirant. Ces feuilles imperméables et respirantes, correctement attachées, résistent au passage de l’eau liquide tout en permettant à la vapeur d’eau de s’échapper par elles pour éviter la formation de condensation interstitielle. Ils sont posés sur le côté froid de l’isolation pour empêcher l’eau de pluie, la neige, le vent et la poussière extérieure qui auraient pu traverser l’enveloppe extérieure de passer.

Contrôle de la vapeur d’eau

La diffusion de la vapeur d’eau est un processus lent et naturel qui se produit dans tout type de construction. La vapeur d’eau se déplace des points où la pression de vapeur est plus élevée vers les points où la pression est plus faible, jusqu’à ce que les contenus et les pressions soient égalisés. Dans les climats froids, pendant l’hiver, la température intérieure est plus élevée et la quantité de vapeur d’eau dans l’air est plus importante qu’à l’extérieur. Par conséquent, la vapeur d’eau circulera de l’intérieur du bâtiment vers l’extérieur. Si la vapeur d’eau trouve une surface froide sur son chemin, elle pourrait provoquer une condensation interstitielle qui générerait des pathologies à l’intérieur du bâtiment. Pour éviter que la vapeur d’eau ne soit emprisonnée à l’intérieur, les enceintes d’un bâtiment à ossature bois doivent être conçues pour “respirer”. En règle générale, il est conseillé de projeter des enceintes peu perméables à la vapeur d’eau dans les couches intérieures et plus perméables à l’extérieur. Ainsi, la quantité de vapeur qui passe à travers l’enceinte est limitée et peut facilement s’assécher. Une pratique courante est l’incorporation de membranes qui régulent la quantité de vapeur d’eau qui passe à travers l’enceinte. Ce sont les barrières de vapeur ou les freins. Ce sujet mérite une réflexion séparée car il existe une grande confusion sur l’utilisation et l’emplacement le plus approprié de ces membranes. La bonne chose à faire est de nommer toutes ces pales comme des freins à vapeur. L’appellation “pare-vapeur” est trompeuse, car ils n’arrêtent pas le passage de la vapeur, mais offrent une résistance plus ou moins grande à la réduction de sa pression. D’autre part, presque toutes les données dont vous disposez sur ces films appartiennent à des études scientifiques dans des climats froids. Pendant l’hiver, dans les climats froids, le flux de vapeur va de l’intérieur vers l’extérieur. Mais dans les climats plus chauds, le flux de vapeur peut être inversé de l’extérieur vers l’intérieur pendant l’été. Dans ce cas, ce que vous considériez comme le côté chaud de l’enceinte devient froid et vice versa. C’est pourquoi, sous vos climats, il est conseillé d’utiliser des freins à vapeur avec des valeurs sd réduites. Selon les cas, il pourrait même être très intéressant d’utiliser des freins à vapeur intelligents qui ont une résistance variable à la diffusion de la vapeur en fonction de l’humidité et de la température. En hiver, lorsque le flux de vapeur est de l’intérieur vers l’extérieur, il sert de frein à vapeur. Et lorsque la direction du flux de vapeur d’eau est inversée en été, la feuille laisse passer la vapeur d’eau vers l’intérieur, ce qui empêche la condensation interstitielle. Certaines de ces membranes peuvent également servir de barrière à l’air, à condition qu’elles soient correctement collées pour éviter toute fuite indésirable.