Peinture solaire photovoltaïque : la fin des panneaux solaires ?

Le secteur photovoltaïque, littéralement : l’énergie produite par la lumière. Photo vient du grec phos, qui signifie lumière, et Volt vient du nom d’Alessandro Volta est en constante évolution et voit l’expérimentation de nouveaux matériaux et techniques qui rendent la technologie solaire de plus en plus abordable pour tous. Mais un pas supplémentaire pourrait être fait avec le passage des panneaux photovoltaïques traditionnels à la peinture solaire. Une équipe de chercheurs a en effet étudié un type particulier de peinture qui pourrait produire de l’énergie en exploitant simplement l’humidité de l’air. Afin de renforcer le principe photovoltaïque, les scientifiques ont ajouté un gel de silice spécial à la peinture. Ce gel est un matériau assez courant que vous pouvez tous trouver dans vos maisons. En fait, c’est celle contenue dans des sachets à mettre dans les armoires, les placards à chaussures, et même le garde-manger, avec seulement une petite modification de la composition chimique.

La composition chimique de la peinture solaire

Le gel présent dans la peinture solaire est du sulfure de molybdène synthétique. Les chercheurs expliquent que ce matériau agit comme un semi-conducteur d’énergie et favorise la division des molécules d’eau en atomes d’hydrogène et d’oxygène. Afin d’utiliser au mieux la lumière du soleil ainsi que l’humidité, de l’oxyde de titane, le composé normalement utilisé dans les peintures blanches d’extérieur, a été ajouté à la peinture. Quelque chercheur explique qu’il faudra environ 5 ans pour conclure les recherches sur le nouveau matériau, ce n’est qu’alors que la peinture pourra être utilisée pour peindre les maisons et les bureaux.

Peinture solaire : peinture multicouche

Mais l’idée d’une peinture capable d’utiliser l’énergie solaire pour produire de l’électricité n’est pas nouvelle et a déjà été développée : il s’agit d’une peinture multicouche composée de cinq couches très fines entre 400 nanomicrons et 1 micron d’épaisseur, qui ont des fonctions différentes. La peinture peut être appliquée sur tout type de substrat, même du verre, tant qu’il est lisse. Elle est résistante aux agents atmosphériques, n’a aucun impact environnemental ou architectural et peut être réappliquée lorsque la surface est dégradée.

Rendement et coûts de la peinture solaire multicouche

Le rendement est de 3 kW d’énergie par 50 m² de peinture, mais étant donné que vous pouvez également peindre de grandes surfaces, il est possible d’obtenir de grandes quantités d’énergie. Contrairement au prototype australien, cette peinture italienne ne contient pas de silicium, un matériau très coûteux, de sorte que les coûts sont pratiquement réduits de moitié par rapport aux panneaux photovoltaïques traditionnels. Pour donner un exemple, dans un bâtiment de 3 étages où vivent 6 familles avec des contrats d’énergie de 3 kW, pour répondre au besoin en énergie, il faudra peindre 288 m² de surface.

Conclusions

Les deux cas décrits ne concernent qu’une partie des produits qui sont expérimentés dans le monde, dont certains sont déjà disponibles sur le marché. Ce qui est certain, c’est que ce type de peinture peut réellement marquer une évolution intéressante du photovoltaïque dans les applications du bâtiment.